Orphée et Orphisme

Brisson, L.

  • « Damascius et l’Orphisme », Orphisme et Orphée, en l’honneur de Jean Rudhardt, Textes réunis et édités par Philippe Borgeaud, Recherches et Rencontres 3 [Publications de la Faculté des lettres de Genève], Genève (Droz), 1991, p. 157-209. Ce texte se propose de traiter à fond la question des rapports entre Damascius et l’Orphisme. Il comprend deux parties, dont la seconde se subdivise en deux sections. Dans la première partie, je décris le contexte historique et scolaire qui a amené, à partir d’une certaine date, nombre de philosophes à mettre en parallèle « théologie platonicienne »et « théologie orphique ». Puis j’aborde directement la question en reconstituant d’une part le développement narratif des Discours sacrés en 24 rhapsodies, et en faisant apparaître les correspondances établies par Damascius entre chaque divinité orphique et un élément de son système.
  • « Chronos in Column XII of the Derveni papyrus », Studies on the Derveni papyrus, ed. by A. Laks and G.W. Most, Oxford (Clarendon Press) 1997, p. 149-165. Commentaire de cette colonne du papyrus de Derveni, qui s’interroge sur le point de savoir si, dans la théogonie orphique commentée, Chronos tenait déjà un rôle.
  • « Orphée, Pythagore et Platon. le mythe qui établit cette lignée », dans Th. Kobusch und M. Erler, Metaphysik und Religion. Zur Signatur des spätantiken Denkens [Akten des Internationalen Kongresses vom 13.-17. März 2001 Würzburg], unter Mitwirkung von Irmgard Männlein-Robert, Register von Dirk Cürsgen, München-Leipzig (Saur) 2002, p. 415-427.
  • « La figure du Kronos orphique chez Proclus. De l’orphisme au néoplatonisme sur l’origine de l’être humain », Revue de l’Histoire des Religions 219, 2002, p. 435-458.
  •  Orphée et l’Orphisme dans l’Antiquité gréco-romaine, Aldershot (Variorum) 1995, VIII + 301 p. Reprint de plusieurs articles.
  • « Orphée et l’Orphisme dans l’Empire romain, de Plutarque jusqu’à Jamblique », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, Teil II : Band 36.4, 1990, p. 2867-3931 + 1 illustration. Comment, durant les premiers siècles de l’Empire romain, se représentait-on la figure d’Orphée  ? Quels écrits attribués à Orphée pouvait-on lire  ? Existait-il des sectes orphiques célébrant des rites particuliers ? Voilà les questions que j’aborde dans cet article. Ces questions portent sur la période allant des débuts de l’Empire à Jamblique, ce philosophe néo­platonicien étant pris comme terminus ad quem, parce qu’il est celui qui a défini, ne fût-ce que sous forme programmatique, l’entreprise d’accord entre Orphée, Pythagore, Platon et les « Oracles chaldaïques »que mettra en œuvre l’École néoplatonicienne d’Athènes (cf. B23). Par ailleurs, on peut considérer Plutarque comme point de départ de cette recherche, tout simplement parce qu’il est le premier auteur d’époque impériale, dont le témoignage sur l’Orphisme présente une véritable complétude, et qui présente une interprétation de certaines de ses composantes.
  • « Le corps « dionysiaque ». L’anthropogonie décrite dans le Commentaire sur le Phédon de Platon (1, par. 3-6) attribué à Olympiodore est-elle orphique ? », « Chercheurs de sagesse ». Hommage à Jean Pépin, Collection des Études Augustinienne. Série Antiquité-131, Paris (Institut d’Études Augustiniennes) 1992, p. 481-499. Repris dans Orphée et l’Orphisme dans l’Antiquité gréco-romaine, Aldershot (Variorum) 1995.  Traduction, analyse et commentaire d’un passage du Commentaire sur le Phédon (1, par. 3-6) par Olympiodore, unique témoignage explicite concernant la teneur d’une anthropogonie orphique.
  • « Orphée et l’Orphisme à travers les âges », Postface à Orphée, Poème magiques et cosmologiques, « Aux sources de la tradition », Paris (Les Belles Lettres) 1993, p. 153-190.

Jourdan, F.

  • Habilitation « Orphée, du repoussoir au préfigurateur du Christ. Réécritures d’un mythe à des fins de polémiques religieuses », Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Soutenue le 31.03.2007.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *