À propos de ce carnet

Le carnet de recherches « Les platonismes de l’Antiquité tardive – Carnet de recherche sur les liens entre médio et néoplatonisme, gnosticisme, hermétisme et oracles chaldaïques » a pour premier objectif de réunir les projets, activités et publications scientifiques actuelles consacrés spécifiquement aux rapports entre les courants philosophiques traditionnels et les courants  philosophico-religieux marginaux de l’Antiquité classique à lʼAntiquité tardive, principalement d’une part, Platon, Aristote, Numénius, l’épicurisme, le stoïcisme, le pythagorisme, Plotin et le néoplatonisme après Plotin, et d’autre part, l’hermétisme, le gnosticisme et les Oracles chaldaïques.

De même, il vise à diffuser les textes et remarques des chercheurs concernés en créant ainsi en ligne un réseau dʼéchange et un historique de la recherche sur cette thématique à la fois permanent et dynamique.

Sur un deuxième plan, le carnet vise à rassembler et à faire communiquer différentes pistes de recherche qui concernent, d’une part, l’écho et la postérité des doctrines gnostiques présentes sous un mode éclectique, par des traces, sous des formes fort diverses (remaniées, dissimulées et souvent difficilement repérables) au sein de la pensée judaïque et chrétienne (Philon, Saint Paul, Évangiles apocryphes, théologiens : Origène, courants mystiques, philosophie byzantine : Michel Psellos) et, d’autre part, les aspects principaux qui animent la polémique des Pères de l’Église et des penseurs grecs et latins contre les gnostiques, avant et après Plotin.

En fait, dictée par les dogmes majeurs du christianisme (christologie, anthropologie, la relation de l’homme avec Dieu, la conception du mal et de l’histoire), cette polémique se renouvelle tout au long du Moyen-Âge latin et byzantin à travers une confrontation incessante avec des conceptions théologiques et spirituelles hétérodoxes inspirées du gnosticisme (docétisme, paulicianisme, bogomilisme, catharisme).

Sur un troisième plan encore, le carnet aspire à une mise en valeur des travaux qui mettent en relief les influences profondes et parfois inaperçues ou secrètes de la tradition gnostique pour lʼhistoire des idées surtout au sein de la philosophie (Hegel, Schelling, Heidegger) et de la théologie (Bultmann, Berdiaev, Soloviof).

En effet, le gnosticisme, originaire de la matrice philosophico-religieuse de l’antiquité tardive, traverse plus ou moins métamorphosées l’ensemble de la culture européenne au fil des siècles (du Moyen-Âge à la Renaissance et jusqu’à nos jours) et son expression polyphonique se reflète dans les domaines de la mystique (Bohme), de la psychologie (Jung), de lʼésotérisme (Swedenborg) de la littérature (Novalis, Nerval, Hesse, Hugo) et de l’art (Bosch).

Cʼest par ces voies plurielles que le carnet vise à accompagner et à parfaire, avec des renseignements complémentaires, le projet de recherche « Les Platonismes de lʼAntiquité tardive : Base de données et répertoire bibliographique », développé depuis 2011 au Centre Jean Pépin (UPR 76 – CNRS -Paris) par Luciana Soares, en collaboration avec Anna Van den Kerchove (École Pratique des Hautes Études et Laboratoire dʼÉtudes sur les Monothéismes – LEM – UMR 8584), sous la direction de Luc Brisson (Centre Jean Pépin) et avec le financement du Laboratoire dʼExcellence Européen dʼHistoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances (LabEX-HASTEC) et du Laboratoire d’Études sur les Monothéismes (LEM – UMR 8584).