Orphée et Orphisme

Brisson, L.

  • « Damascius et l’Orphisme », Orphisme et Orphée, en l’honneur de Jean Rudhardt, Textes réunis et édités par Philippe Borgeaud, Recherches et Rencontres 3 [Publications de la Faculté des lettres de Genève], Genève (Droz), 1991, p. 157-209. Ce texte se propose de traiter à fond la question des rapports entre Damascius et l’Orphisme. Il comprend deux parties, dont la seconde se subdivise en deux sections. Dans la première partie, je décris le contexte historique et scolaire qui a amené, à partir d’une certaine date, nombre de philosophes à mettre en parallèle « théologie platonicienne »et « théologie orphique ». Puis j’aborde directement la question en reconstituant d’une part le développement narratif des Discours sacrés en 24 rhapsodies, et en faisant apparaître les correspondances établies par Damascius entre chaque divinité orphique et un élément de son système.
  • « Chronos in Column XII of the Derveni papyrus », Studies on the Derveni papyrus, ed. by A. Laks and G.W. Most, Oxford (Clarendon Press) 1997, p. 149-165. Commentaire de cette colonne du papyrus de Derveni, qui s’interroge sur le point de savoir si, dans la théogonie orphique commentée, Chronos tenait déjà un rôle.
  • « Orphée, Pythagore et Platon. le mythe qui établit cette lignée », dans Th. Kobusch und M. Erler, Metaphysik und Religion. Zur Signatur des spätantiken Denkens [Akten des Internationalen Kongresses vom 13.-17. März 2001 Würzburg], unter Mitwirkung von Irmgard Männlein-Robert, Register von Dirk Cürsgen, München-Leipzig (Saur) 2002, p. 415-427.
  • « La figure du Kronos orphique chez Proclus. De l’orphisme au néoplatonisme sur l’origine de l’être humain », Revue de l’Histoire des Religions 219, 2002, p. 435-458.
  •  Orphée et l’Orphisme dans l’Antiquité gréco-romaine, Aldershot (Variorum) 1995, VIII + 301 p. Reprint de plusieurs articles.
  • « Orphée et l’Orphisme dans l’Empire romain, de Plutarque jusqu’à Jamblique », Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, Teil II : Band 36.4, 1990, p. 2867-3931 + 1 illustration. Comment, durant les premiers siècles de l’Empire romain, se représentait-on la figure d’Orphée  ? Quels écrits attribués à Orphée pouvait-on lire  ? Existait-il des sectes orphiques célébrant des rites particuliers ? Voilà les questions que j’aborde dans cet article. Ces questions portent sur la période allant des débuts de l’Empire à Jamblique, ce philosophe néo­platonicien étant pris comme terminus ad quem, parce qu’il est celui qui a défini, ne fût-ce que sous forme programmatique, l’entreprise d’accord entre Orphée, Pythagore, Platon et les « Oracles chaldaïques »que mettra en œuvre l’École néoplatonicienne d’Athènes (cf. B23). Par ailleurs, on peut considérer Plutarque comme point de départ de cette recherche, tout simplement parce qu’il est le premier auteur d’époque impériale, dont le témoignage sur l’Orphisme présente une véritable complétude, et qui présente une interprétation de certaines de ses composantes.
  • « Le corps « dionysiaque ». L’anthropogonie décrite dans le Commentaire sur le Phédon de Platon (1, par. 3-6) attribué à Olympiodore est-elle orphique ? », « Chercheurs de sagesse ». Hommage à Jean Pépin, Collection des Études Augustinienne. Série Antiquité-131, Paris (Institut d’Études Augustiniennes) 1992, p. 481-499. Repris dans Orphée et l’Orphisme dans l’Antiquité gréco-romaine, Aldershot (Variorum) 1995.  Traduction, analyse et commentaire d’un passage du Commentaire sur le Phédon (1, par. 3-6) par Olympiodore, unique témoignage explicite concernant la teneur d’une anthropogonie orphique.
  • « Orphée et l’Orphisme à travers les âges », Postface à Orphée, Poème magiques et cosmologiques, « Aux sources de la tradition », Paris (Les Belles Lettres) 1993, p. 153-190.

Jourdan, F.

  • Habilitation « Orphée, du repoussoir au préfigurateur du Christ. Réécritures d’un mythe à des fins de polémiques religieuses », Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Soutenue le 31.03.2007.

 

Bibliographie sur l’histoire du médioplatonisme

1937

R. E. Witt, Albinus and the History of Middle Platonism, Cambridge 1937.

1953

P. Merlan, From Platonism to Neoplatonism, La Haye 1953.

1977

J. Dillon, The middle Platonists, London 1977.

1979

P. Merlan, « The later Academy and Platonism », dans The Cambridge History of later Greek and early medieval Philosophy, Cambridge 1979.

 

Plotino, escultor de mitos

O estudo dos mitos em Plotino é fundamental para a compreensao do debate entre Plotino e os gnosticos. Um novo livro sobre os principais mitos abordados nos escritos de Plotino foi publicado em 2013 por Loraine Oliveira : Plotino, escultor de mitos, Annablume, Classica, Brasilia.

L’Esotérisme dans l’Antiquité : un nouveau site web

Un nouveau site web est en ligne (http://ancientesotericism.org/) pour tout ceux qui s’intéressent aux doctrines philosophico-religieuses qui nonobstant soient souvent considérées comme marginales dans l’histoire de la philosophie platonicienne de l’Antiquité tardive, ont joué un rôle très important dans celle-ci.

Voici les infos données dans l’onglet « About » : « Ancient Esotericism.org is the website for the Network for the Study of Ancient Esotericism (NSEA), a thematic network associated with the European Society for the Study of Western Esotericism (ESSWE). NSEA specializes in the study of esoteric phenomena of the ancient period and provides contact for specialists of ancient esoteric thought, history, and literature.

This website is intended as a resource for scholars and students. While the ancient sources (Gnostic, theurgic, Neoplatonic, Hermetic, etc.) of Western Esotericism possess enormous importance for the development of esoteric currents from the fourteenth century onwards, there remains only a minimum of interaction between the antiquity experts and their (proto)-modern colleagues. The Network therefore is intended to:

1) introduce scholarship on ancient esotericism to students of Western Esotericism,

2) serve as a forum in which to exchange ideas, notes and references, etc. outside of other professional bodies which are not concerned with esotericism per se,

3) to coordinate study and workshops with other working groups on the subject, such as the Society of Biblical Literature’s Section on Esotericism and Mysticism in Antiquity, and

4) (and most importantly) to provide a junction of the many resources online that can serve as aids in the study of this fascinating and difficult material (dictionaries, textual corpora, blogs, etc.) ».

Voici les onglets thématiques du site :

Textes en français de Nag Hammadi et du Codex de Berlin disponibles on-line

fond_menugaucheSont disponibles gratuitement toutes les traductions françaises de La Bibliothèque copte de Nag Hammadi (BCNH) lancée en 1974 à l’Université Laval (Québec, Canada).

Aux codices de Nag Hammadi, il a été joint les quatre traités contenus dans le Berolinensis Gnosticus 8502, un codex conservé à Berlin qui contient deux traités dont on trouve des parallèles dans la collection de Nag Hammadi.

Voici l’adresse électronique :

http://www.naghammadi.org/traductions/traductions.aspx

Oracles Chaldaïques et Gnosticisme

J’ai complète ici la liste d’articles cités dans la rubrique « gnostiques » de l’article de Michel Tardieu, « Les Oracles chaldaïques 1891-2011 », dans Chaldaean Oracles and Theurgy. Mysticism, Magic and Platonism in the Later Roman Empire. Troi­sième édition par M. Tardieu, avec un supplément « Les Oracles chaldaï­ques 1891-2011 », Paris, 2011 (Kairo1 1956, Paris2 1978).

1973

M. Tardieu, « Les trois Stèles de Seth. Un écrit gnostique retrouvé à Nag Hammadi », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 57, 1973, p. 545-575.

1975

« ψυχαῖος σπινθήρ. Histoire dʼune métaphore dans la tradition platonicienne jusquʼà Eckhart », Revue des études augustiniennes, 21, 1975, p. 225-255.

1988

J. Turner, « The Gnostic Threefold Path to Enligthtenment », Novum Testamentum, 22, 1980, p. 324-351; M. Tardieu, « La conception de Dieu dans le manichéisme », dans R. Van den Broek, T. Baarda, J. Mansfeld (éd.), Knowledge of God in the Graeco-Roman World, Leiden, Brill (EPRO 112), 1988, p. 262-270.

1983

L. Abramowski, « Nag Hammadi 8, 1 ‘Zostrianus’, das Anonymum Brucianum, Plotin Enn. 2, 9 (33) », dans H. D. Blume et F. Mann (éd.), Platonismus und Christentum : Festschrift für Heinrich Dörrie, Münster Westfalen, Aschendorff (Jahrbuch für Antike und Christentum, Ergänzungsband 10), 1983, p. 1-10. [Réimprimé dans Formula and Context. Studies in Early Christian Thought (Collected Studies), Essay XII, Hampshire, Variorum, 1992].

É. des Places, « Notes sur quelques Oracles Chaldaïques », dans C. Froidefond (éd.), Mélanges É. Delebecque, Aix-en-Provence, Publications de lʼUniversité de Provence, 1983, p. 319-329.

1991 

J. Turner, « The Figure of Hecate and Dynamic Emanationism in the Chaldean Oracles, Sethian Gnosticism and Neoplatonism », The Second Century Journal, 7, 1991, p. 221-232.

1992

R. Majercik, « The Existence-Life-Intellect Triad in Gnosticism and Neoplatonism », Classical Quaterly, 42, 1992, p. 475-488.

1996

E. Thomassen, The Spiritual Seed, The Church of the ‘Valentinians’, Nag Hammadi and Manichaean Studies 60, Leiden, Brill, 1996, p. 298-307.

2000

C. O. Tommasi, « Tripotens in unalitate spiritus : Mario Vittorino e la gnosi », Koinonia, 20, 1996, p. 53-75 ; Guerra, « Porfirio editore di Plotino e la “paideia antignostica” », Patavium, 15, 2000, p. 111-137.

2002

C. O. Tommasi, « Viae negationis della dossologia divina nel medioplatonismo e nello gnosticismo sethiano (con echi in Mario Vittorino) », dans Fr. Calabri (éd.), Arrhetos Theos. Lʼineffabilità del primo principio nel medio platonismo, Pisa, Edizioni ETS, 2002, p. 119-154.

2005

L. Abramowski, « Nicänismus und Gnosis im Rom des Bischofs Liberius : Der Fall des Marius Victorinus », Zeitschrift für Antikes Christentum, 8, 2005, p. 513-566 (compte-rendu de M. Tardieu de 1996)

2006

L. Abramowski, « ʻAudi, ut dicoʼ. Literarische Beobachtungen und chronologische Erwägungen zu Marius Victorinus und den « platonisierenden » Nag Hammadi-Traktaten », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 117, 2006, p. 145-168.

M. Roberge, « La dynamis dans les Oracles Chaldaïques et la Paraphrase de Sem (NHC VII, 1) », dans L. Painchaud, P.-H. Poirier (éd.), Actes du colloque « LʼÉvangile selon Thomas et les textes de Nag Hammadi », Québec, Peeters (Bibliothèque Copte de Nag Hammadi, Études 9), 2006, p. 473-516.

J. Turner, « The Gnostic Sethians and Middle Platonism : Interpretations of Timaeus and Parmenides », Vigiliae Christianae, 60, 2006, p. 9-64.

2010

J.-D. Dubois, « La forme de la matière selon la démiurgie valentinienne et les Oracles chaldaïques », dans H. Seng et M. Tardieu (éd.), Die Chaldaeischen Orakel : Kontext – Interpretation – Rezeption, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2010, p. 179-192.

Alexandrie la divine

Je voudrais vous indiquer l’exposition « Alexandrie la divine » qui aura lieu du 5 avril 2014 au 31 août 2014 à la Fondation Martin Bodmer et le colloque scientifique sur le thème des « Sagesses barbares » qui aura lieu à Fribourg en août 2014.

Voici le résumé du projet rédigé par les organisateurs (cf. http://fondationbodmer.ch/2011/12/alexandrie-la-divine/) : « Le projet «Alexandrie la Divine» associe la Fondation Martin Bodmer (Cologny-Genève; FMB), la Fondation Gandur pour l’Art (FGA), la Biblio­teca Medicea Laurenziana (Florence; BML), la Bibliothèque de Genève (BGE) et la Fondation Carène (photographies). Il rassemble une centaine de chercheurs autour d’un projet de publication scientifique et muséographique sur le thème du dialogue des cultures dans l’Alexandrie ptolémaïque et romaine, et plus largement, dans l’espace hellénistique et romain. La parution de l’ouvrage est prévue en avril 2014 (1140 p., 2 vol., Editions du Cerf). L’exposition sur le même thème se tiendra à la Fondation Martin Bodmer d’avril à septembre 2014. Elle présentera des papyri (collections FMB et BGE), des ma­nuscrits et imprimés (collections FMB et BML), des objets archéologiques (col­lec­tion FGA) et des tirages argentiques des sites archéologiques majeurs (F. Möri).

La coexistence des cultures les plus anciennes et les plus vénérables d’alors – l’Égypte, la Judée, la Perse, l’Inde – en un même espace sous domination gréco-macédonienne, a fait d’Alexandrie «l’axe du monde» alors connu, et a infléchi le développement des cultures en jeu. Un développement que la domination ro­maine n’a pas entravé, à une époque où fleurirent les religions nouvelles, dont le christianisme, qui y développa des principes théologiques comptant parmi les plus importants de son histoire. Toutes ces cultures furent influencées, parfois de manière décisive, par ce bouillonnement culturel intense. C’est ce phénomène d’interactions que nous souhaitons étudier, sur la durée, sans nous limiter à la cité fondée par Alexandre, mais en la considérant comme l’axe de l’espace dont elle fut un réceptacle. Notre champ de recherches s’étend de l’Egypte ptolé­maïque et de la Grèce classique (études des prodromes) aux héritages d’Alexan­drie dans le monde musulman (translatio studiorum) et dans l’espace culturel chré­tien (Byzance, Europe occidentale) jusqu’à la Renaissance (le projet des Médicis).

Ce projet, dont l’IRD assume la coordination scientifique, en col­la­boration avec le Prof. Charles Méla, directeur de la Fondation Martin Bodmer, aboutira à l’organisation d’un colloque scientifique dirigé par le Prof. Mariano Delgado, sur le thème des «Sagesses barbares», à Fribourg, dans le courant de l’année 2014. Commissaire : Dr. Frédéric Möri ».

« Gnosticism, Platonism and the Late Ancient World »

Je voudrais signaler la parution d’un volume hommage à John D. Turner intitulé « Gnosticism, Platonism and the Late Ancient World », édité par Kevin Corrigan et Tuomas Rasimus avec la collaboration de Dylan M. Burns, Lance Jenott et Zeke Mazur, chez Brill (2012).

J’attire votre attention en particulier à la deuxième partie du volume composé de seize articles qui franchissent les frontières entre écoles platoniciennes traditionnelles (en particulier le néoplatonisme) et gnosticisme.

Voici la présentation du volume par les éditeurs : « This Festschrift honors the life and work of John D. Turner (Charles J. Mach University Professor of Classics and History at the University of Nebraska at Lincoln) on the occasion of his 75th birthday. Professor Turner’s work has been of profound importance for the study of the interaction between Greek philosophy and Gnosticism in late antiquity. This volume contains essays by international scholars on a broad range of topics that deal with Sethian, Valentinian and other early Christian thought, as well as with Platonism and Neoplatonism, and offer a variety of perspectives spanning intellectual history, Greek and Coptic philology, and the study of religions ».

Néoplatonisme après Plotin et Gnosticisme

Voici une bibliographie des études concernant les liens entre le néoplatonisme postérieur à Plotin et le Gnosticisme. N’hésitez pas à me contactez pour compléter cette liste :

1984

PEARSON, B. A., « Gnosticism as Platonism : with special reference to Marsanes             (NHC 10, 1) », The Harvard Theological Review, v. 77, n° 1, p. 55-72, 1984.

1991

TURNER, J., « The Figure of Hecate and Dynamic Emanationism in the Chaldean Oracles, Sethian Gnosticism and Neoplatonism, The Second Century Journal, 7, 4, 1991, p. 221-232.

1992

BREGMAN, J., « Synesius, the Hermetica and Gnosis », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 253-275.

EVANGELIOU, C., « Plotinus’ Anti-Gnostic Polemic and Porphyry’s Against the Christians », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 111-128.

HANCOCK, C. L., « Negative Theology in Gnosticism and Neoplatonism », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 167-186.

MAJERCIK, R., « The Existence-Life-Intellect Triad in Gnosticism and Neoplatonism », Classical Quaterly, 42, II, 1992, p. 475-488.

MANCHESTER, P., « The Noetic Triad in Plotinus, Marius Victorinus, and Augustine », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 207-222.

PEARSON, B. A., « Theurgic Tendencies in Gnosticism and Iamblichus’s Conception of Theurgy », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 253-275.

TURNER, J., « Gnosticism and Platonism : The Platonizing Sethian Texts from Nag Hammadi in their Relation to Later Platonic Literature », dans Neoplatonism and Gnosticism, papers presented at the International Conference on Neoplatonism and Gnosticism, University of Oklahoma, Mar. 18-21, 1984, R. T. Wallis & J. Bregman (éds.), Albany, State University of New York Press, 1992, p. 425-460.

1996

EDWARDS, M., « Porphyry’s ‘Cave of the Nymphs’ and the Gnostic Controversy », Hermes, 124, 1996, p. 88-100.

MORESCHINI, C. O. T., « Tripotens in unalitate spiritus : Mario Vittorino e la gnosi », Koinonia, 20, 1-2, p. 53-75, 1996.

1997

GARCIA BAZAN, F., « Los gnósticos y los neoplatónicos posteriores a Plotino : Porfirio, Jámblico y Proclo », Epimeleia – Revista de Estudios sobre la tradición, año VI, n° 11/12 (Homenaje a Antonio Orbe, s.j. en sus ochenta años), 1997, p. 83-120.

1998

MORESCHINI, C. O. T., « L’androginia di Cristo-Logos: Mario Vittorino tra platonismo e  gnosi », Cassiodorus, 4, 1998, p. 11-46.

2001

FINAMORE, J. F., « Iamblichus, The Sethians, and Marsanes », dans Gnosticism and Later   Platonism : Themes, Figures, and Texts, Society of Biblical Literature Symposium Series, n° 12, Atlanta, Society of Biblical Literature, 2001, p. 225-257.

2002

BRAKKE, D., Compte-rendu sur le livre Gnosticism and Later Platonism : Themes, Figures, and Texts (Society of Biblical Literature Symposium Series, n° 12, Atlanta: Society of Biblical Literature, 2000, xiv + 338 p.), The Journal of Religion, v. 82, n° 3, 2002, p. 442-443.

2003

MORESCHINI, C. O. T., « Linguistic coinages in Marius Victorinus’ negative theology », dans Studia Patristica – Proceedings of the thirteenth International Patristic Conference held in Oxford 2003, F. Young, M. J. Edwards and P. Parvis (éds.), 43, Leuven, p. 505-510, 2006.

GARCIA BAZAN, F., « Pilastri della tradizione platonica pitagorizzante : neoplatonici, gnostici, islamici ed ebrei », Hermes, 124, 1996, p. 88-100.

2005

MAJERCIK, R., « Porphyre and Gnosticism », Classical Quaterly, 55, 1, p. 277-292, 2005.

Parution d’un ouvrage sur les « Noms barbares » dans l’Antiquité

Je vous annonce la parution d’un ouvrage collectif issu des différentes rencontres du projet ANR Cénob sur la question des noms barbares dans l’Antiquité.
Il s’agit de l’ouvrage : Noms Barbares I. Formes et contextes d’une pratique magique, sous la direction de Michel Tardieu, Anna Van den Kerchove et Michela Zago, Turnhout,  Brepols, 2013.
Nous attirons votre attention plus particulièrement sur les articles consacrés à Plotin, au gnosticisme et aux lamelles orphiques.
Présentation des éditeurs :
« Qui veut comprendre la magie antique, les sociétés et cultures qui s’y rattachent, qui veut aller au-delà des apparences et des clichés, rencontre nécessairement les noms « barbares », dits aussi noms mystiques ou inintelligibles. Leur finalité première est d’opérer des prodiges par l’efficacité attribuée aux énoncés de noms divins. Peu de gens ont vu les prodiges, mais tout le monde connaît au moins quelqu’un qui les a vus: qu’il s’agisse d’apparitions de divinités, d’animaux qui parlent ou encore d’humains entrant dans la vie de l’univers. Aucune de ces opérations ne s’effectue sans noms barbares. Pour la première fois, un ouvrage tente de comprendre le rôle et les mécanismes des noms barbares comme magie de nommer. Ils sont l’objet magique par excellence, fait de jeux de signes et de phonèmes, de transferts d’un panthéon à l’autre et de fusions des dynasties divines. Invoquer ses propres dieux dans un langage étrange, par des raccourcis phonétiques ou bien en utilisant les noms et épithètes des dieux des autres est le trait distinctif de la magie et de ses professionnels, de l’Orient gréco-sémitique à l’Occident latin. Cet ouvrage, issu des séminaires de Michel Tardieu au Collège de France, est lié au projet de « Corpus des énoncés de noms barbares » (CENOB), dirigé par Jean-Daniel Dubois (EPHE). Il rassemble les contributions de spécialistes des sociétés et cultures utilisant dans leurs pratiques magiques respectives les noms barbares : Mésopotamie, Égypte, monde sémitique, littérature grecque orphique et classique, gnose, hermétisme, papyrus et intailles, tablettes de défixion ».

Sommaire :
– Introduction, par Michel Tardieu
PARTIE I. Objets magiques et magie de nommer
– Nommer la matière, par Michel Tardieu
– La parole et l’objet, et vice-versa, par Jean Yoyotte
– Torche et encens en Anatolie et Mésopotamie anciennes, par Alice Mouton
– Les lamelles d’or montanistes et orphiques, par Michel Tardieu
– Le rôle des noms barbares dans le déroulement d’une defixio, par Amina Kropp
– Noms barbares et « barbarisation » dans les formules efficaces latines, par Nicolas Corre
– Des noms imprononçables, par Maria Gorea
 PARTIE II. Signes et phonèmes
– Le discours vide de la parole étrangère (CH XVI 2) : exercices d’ethnocentrisme entre Égypte et Grèce, par Paolo Scarpi
– Langues étranges dans les textes magiques suméro-akkadiens, par Michaël Guichard
– « Ceux qui font la voix des oiseaux » : les dénominations de langues, par Michel Tardieu
– Jeux graphiques et phonétiques dans les noms barbares du papyurs magiques pLeyde I 383 + pBM 10 070, par Amaury Pétigny
– La magie égyptienne : de l’image à la ressemblance, par Yvan Koenig
– Numero e filosofia. Alcune note sul cosiddetto Ottavo libro di Mosè (PGM XIII), par Silvia Pieri
PARTIE III. Noms magiques des dieux
– Le nom physique du dieu, par Michela Zago
– Les noms magiques d’Aphrodite en déesse barbare (PGM IV 2912-2939), par Michel Tardieu
– La signification plotinienne du nom d’Apollon, par Luciana Gabriela Soares Santoprete
– Le « nom insigne » d’après Marc le mage, par Jean-Daniel Dubois
– Les noms barbares dans le traité gnostique Melchisédek (NH IX, 1), par Anna Van den Kerchove
– Le nom barbare Kaulakau selon l’hérésiologie chrétienne, par Lucia Saudelli
– Formations et origines des nomina barbara dans les objets magiques syriaques des ve-viie siècles, par Flavia Ruani

Première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne : « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI »

La première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne intitulé « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI » sous la direction conjointe de Helmut Seng (Universität Konstanz), Chiara Ombretta Tommasi Moreschini (Università di Pisa) et moi-même (Institut d’Études Avancées de Nantes), aura lieu en octobre prochain à la Villa Vigoni, Italie. Deux autres rencontres sont prévues en 2014 et 2015.

Ce programme de recherche triennal a obtenu le financement de la Villa Vigoni, de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

Les directeurs cités supra sont responsables respectivement des équipes allemande, italienne et française. Voici respectivement les participants de chacune de ces équipes :

  • Équipe allemande : I. Tanaseanu-Döbler, C. Helmig (Humboldt-Universität Berlin), I. Männlein-Robert (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), R. Thiel (Institut für Altertumswissenschaften, Jena), E. Norelli (Université de Genève), O. Schelske (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), C. Tornau (Julius-Maximilians-Universität Würzburg).
  • Équipe italienne : G. Sfameni Gasparro, M. Monaca, T. Sardella (Università di Catania), M. Facella (Università di Pisa), A. Longo (Università dell’Aquila), D. Taormina (Université Roma Tor Vergata).
  • Équipe française : J.-D. Dubois (EPHE), P. Hoffmann (EPHE), C. Macris (LEM, CNRS), A. Van den Kerchove (EPHE), A. Giavatto (Université de Nantes) et A. Timotin (Académie Roumaine).

Ces équipes sont composées de spécialistes de différentes formations — philologie antique, histoire antique, histoire des religions, philosophie antique — et méthodologies, qui comptent avec de nombreuses publications dans le domaine de l’Antiquité Tardive grecque et latine.

Ces trois équipes se consacreront ensemble à examiner comment et dans quelle mesure les courants « marginaux » — la littérature oraculaire, gnostique et hermétique mais aussi les papyrus magiques, les fragments orphiques, la littérature pythagoricienne et alchimique, les cultes à mystères — se sont articulés au sein du tissus socio-culturel de l’Empire romain et ont été appropriés ou repoussés par les courants dominants — judaïsme, christianisme et médio- et néoplatonisme.

Cette investigation sera basée sur des sources non seulement littéraires mais aussi documentaires et iconographiques (papyrus, inscriptions, monuments archéologiques, etc) et sera conduite à partir de trois thèmes connexes :

1. Controverse, identité, orthodoxie et hérésie ;

2. Hiérarchie ;

3. Textes, rituels, expériences spirituelles.

Pour le programme et l’affiche de la première rencontre cliquez ici :

Programme_Villa_Vigoni_Internet

Affiche Vigoni