Alexandrie la divine

Je voudrais vous indiquer l’exposition « Alexandrie la divine » qui aura lieu du 5 avril 2014 au 31 août 2014 à la Fondation Martin Bodmer et le colloque scientifique sur le thème des « Sagesses barbares » qui aura lieu à Fribourg en août 2014.

Voici le résumé du projet rédigé par les organisateurs (cf. http://fondationbodmer.ch/2011/12/alexandrie-la-divine/) : « Le projet «Alexandrie la Divine» associe la Fondation Martin Bodmer (Cologny-Genève; FMB), la Fondation Gandur pour l’Art (FGA), la Biblio­teca Medicea Laurenziana (Florence; BML), la Bibliothèque de Genève (BGE) et la Fondation Carène (photographies). Il rassemble une centaine de chercheurs autour d’un projet de publication scientifique et muséographique sur le thème du dialogue des cultures dans l’Alexandrie ptolémaïque et romaine, et plus largement, dans l’espace hellénistique et romain. La parution de l’ouvrage est prévue en avril 2014 (1140 p., 2 vol., Editions du Cerf). L’exposition sur le même thème se tiendra à la Fondation Martin Bodmer d’avril à septembre 2014. Elle présentera des papyri (collections FMB et BGE), des ma­nuscrits et imprimés (collections FMB et BML), des objets archéologiques (col­lec­tion FGA) et des tirages argentiques des sites archéologiques majeurs (F. Möri).

La coexistence des cultures les plus anciennes et les plus vénérables d’alors – l’Égypte, la Judée, la Perse, l’Inde – en un même espace sous domination gréco-macédonienne, a fait d’Alexandrie «l’axe du monde» alors connu, et a infléchi le développement des cultures en jeu. Un développement que la domination ro­maine n’a pas entravé, à une époque où fleurirent les religions nouvelles, dont le christianisme, qui y développa des principes théologiques comptant parmi les plus importants de son histoire. Toutes ces cultures furent influencées, parfois de manière décisive, par ce bouillonnement culturel intense. C’est ce phénomène d’interactions que nous souhaitons étudier, sur la durée, sans nous limiter à la cité fondée par Alexandre, mais en la considérant comme l’axe de l’espace dont elle fut un réceptacle. Notre champ de recherches s’étend de l’Egypte ptolé­maïque et de la Grèce classique (études des prodromes) aux héritages d’Alexan­drie dans le monde musulman (translatio studiorum) et dans l’espace culturel chré­tien (Byzance, Europe occidentale) jusqu’à la Renaissance (le projet des Médicis).

Ce projet, dont l’IRD assume la coordination scientifique, en col­la­boration avec le Prof. Charles Méla, directeur de la Fondation Martin Bodmer, aboutira à l’organisation d’un colloque scientifique dirigé par le Prof. Mariano Delgado, sur le thème des «Sagesses barbares», à Fribourg, dans le courant de l’année 2014. Commissaire : Dr. Frédéric Möri ».

Première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne : « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI »

La première rencontre du programme de recherche triennal Italie-France-Allemagne intitulé « Il lato oscuro della Tarda Antichità. Marginalità e integrazione delle correnti esoteriche nella spiritualità filosofica dei secoli II-VI » sous la direction conjointe de Helmut Seng (Universität Konstanz), Chiara Ombretta Tommasi Moreschini (Università di Pisa) et moi-même (Institut d’Études Avancées de Nantes), aura lieu en octobre prochain à la Villa Vigoni, Italie. Deux autres rencontres sont prévues en 2014 et 2015.

Ce programme de recherche triennal a obtenu le financement de la Villa Vigoni, de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

Les directeurs cités supra sont responsables respectivement des équipes allemande, italienne et française. Voici respectivement les participants de chacune de ces équipes :

  • Équipe allemande : I. Tanaseanu-Döbler, C. Helmig (Humboldt-Universität Berlin), I. Männlein-Robert (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), R. Thiel (Institut für Altertumswissenschaften, Jena), E. Norelli (Université de Genève), O. Schelske (Eberhard-Karls-Universität Tübingen), C. Tornau (Julius-Maximilians-Universität Würzburg).
  • Équipe italienne : G. Sfameni Gasparro, M. Monaca, T. Sardella (Università di Catania), M. Facella (Università di Pisa), A. Longo (Università dell’Aquila), D. Taormina (Université Roma Tor Vergata).
  • Équipe française : J.-D. Dubois (EPHE), P. Hoffmann (EPHE), C. Macris (LEM, CNRS), A. Van den Kerchove (EPHE), A. Giavatto (Université de Nantes) et A. Timotin (Académie Roumaine).

Ces équipes sont composées de spécialistes de différentes formations — philologie antique, histoire antique, histoire des religions, philosophie antique — et méthodologies, qui comptent avec de nombreuses publications dans le domaine de l’Antiquité Tardive grecque et latine.

Ces trois équipes se consacreront ensemble à examiner comment et dans quelle mesure les courants « marginaux » — la littérature oraculaire, gnostique et hermétique mais aussi les papyrus magiques, les fragments orphiques, la littérature pythagoricienne et alchimique, les cultes à mystères — se sont articulés au sein du tissus socio-culturel de l’Empire romain et ont été appropriés ou repoussés par les courants dominants — judaïsme, christianisme et médio- et néoplatonisme.

Cette investigation sera basée sur des sources non seulement littéraires mais aussi documentaires et iconographiques (papyrus, inscriptions, monuments archéologiques, etc) et sera conduite à partir de trois thèmes connexes :

1. Controverse, identité, orthodoxie et hérésie ;

2. Hiérarchie ;

3. Textes, rituels, expériences spirituelles.

Pour le programme et l’affiche de la première rencontre cliquez ici :

Programme_Villa_Vigoni_Internet

Affiche Vigoni

Philosophie et Gnosticisme

Le programme de recherche « Philosophie et Gnosticisme : base de données et répertoire bibliographique » vise à résoudre les problèmes épistémologiques de la recherche actuelle concernant les rapports entre les pensées plotinienne et gnostiques en réalisant une base de données et un répertoire bibliographique où seront rassemblés l’ensemble des travaux afférents, explorés systématiquement les parallèles thématiques et lexicaux entre ces pensées, analysés les principaux termes, thèmes et textes jusqu’à présent étudiés, la reprise et/ou l’originalité des arguments des spécialistes au cours de l’histoire intellectuelle et les raisons historiques de leurs approches. Ces deux instruments de travail inédits fourniront ainsi une « cartographie » de l’histoire des études sur les liens entre philosophie et gnosticisme et offriront à la communauté scientifique la possibilité de réaliser des recherches croisées entre les corpus philosophiques et gnostiques portant sur le vocabulaire, les doctrines et la bibliographie. Ils contribueront donc à faire avancer les recherches et à ouvrir également des nouvelles perspectives dans la recherche philosophique sur le débat qui animait non-chrétiens et chrétiens dans l’Antiquité. L’originalité de la méthodologie développée pour la mise en place de la base de données pourrait servir de modèle pour d’autres bases équivalentes. Pluridisciplinaire et plurilingue, cette recherche concerne un public très large : les historiens de la philosophie de l’Antiquité classique et tardive et du christianisme dans toute sa diversité.