« Gnosticism, Platonism and the Late Ancient World »

Je voudrais signaler la parution d’un volume hommage à John D. Turner intitulé « Gnosticism, Platonism and the Late Ancient World », édité par Kevin Corrigan et Tuomas Rasimus avec la collaboration de Dylan M. Burns, Lance Jenott et Zeke Mazur, chez Brill (2012).

J’attire votre attention en particulier à la deuxième partie du volume composé de seize articles qui franchissent les frontières entre écoles platoniciennes traditionnelles (en particulier le néoplatonisme) et gnosticisme.

Voici la présentation du volume par les éditeurs : « This Festschrift honors the life and work of John D. Turner (Charles J. Mach University Professor of Classics and History at the University of Nebraska at Lincoln) on the occasion of his 75th birthday. Professor Turner’s work has been of profound importance for the study of the interaction between Greek philosophy and Gnosticism in late antiquity. This volume contains essays by international scholars on a broad range of topics that deal with Sethian, Valentinian and other early Christian thought, as well as with Platonism and Neoplatonism, and offer a variety of perspectives spanning intellectual history, Greek and Coptic philology, and the study of religions ».

Parution d’un ouvrage sur les « Noms barbares » dans l’Antiquité

Je vous annonce la parution d’un ouvrage collectif issu des différentes rencontres du projet ANR Cénob sur la question des noms barbares dans l’Antiquité.
Il s’agit de l’ouvrage : Noms Barbares I. Formes et contextes d’une pratique magique, sous la direction de Michel Tardieu, Anna Van den Kerchove et Michela Zago, Turnhout,  Brepols, 2013.
Nous attirons votre attention plus particulièrement sur les articles consacrés à Plotin, au gnosticisme et aux lamelles orphiques.
Présentation des éditeurs :
« Qui veut comprendre la magie antique, les sociétés et cultures qui s’y rattachent, qui veut aller au-delà des apparences et des clichés, rencontre nécessairement les noms « barbares », dits aussi noms mystiques ou inintelligibles. Leur finalité première est d’opérer des prodiges par l’efficacité attribuée aux énoncés de noms divins. Peu de gens ont vu les prodiges, mais tout le monde connaît au moins quelqu’un qui les a vus: qu’il s’agisse d’apparitions de divinités, d’animaux qui parlent ou encore d’humains entrant dans la vie de l’univers. Aucune de ces opérations ne s’effectue sans noms barbares. Pour la première fois, un ouvrage tente de comprendre le rôle et les mécanismes des noms barbares comme magie de nommer. Ils sont l’objet magique par excellence, fait de jeux de signes et de phonèmes, de transferts d’un panthéon à l’autre et de fusions des dynasties divines. Invoquer ses propres dieux dans un langage étrange, par des raccourcis phonétiques ou bien en utilisant les noms et épithètes des dieux des autres est le trait distinctif de la magie et de ses professionnels, de l’Orient gréco-sémitique à l’Occident latin. Cet ouvrage, issu des séminaires de Michel Tardieu au Collège de France, est lié au projet de « Corpus des énoncés de noms barbares » (CENOB), dirigé par Jean-Daniel Dubois (EPHE). Il rassemble les contributions de spécialistes des sociétés et cultures utilisant dans leurs pratiques magiques respectives les noms barbares : Mésopotamie, Égypte, monde sémitique, littérature grecque orphique et classique, gnose, hermétisme, papyrus et intailles, tablettes de défixion ».

Sommaire :
– Introduction, par Michel Tardieu
PARTIE I. Objets magiques et magie de nommer
– Nommer la matière, par Michel Tardieu
– La parole et l’objet, et vice-versa, par Jean Yoyotte
– Torche et encens en Anatolie et Mésopotamie anciennes, par Alice Mouton
– Les lamelles d’or montanistes et orphiques, par Michel Tardieu
– Le rôle des noms barbares dans le déroulement d’une defixio, par Amina Kropp
– Noms barbares et « barbarisation » dans les formules efficaces latines, par Nicolas Corre
– Des noms imprononçables, par Maria Gorea
 PARTIE II. Signes et phonèmes
– Le discours vide de la parole étrangère (CH XVI 2) : exercices d’ethnocentrisme entre Égypte et Grèce, par Paolo Scarpi
– Langues étranges dans les textes magiques suméro-akkadiens, par Michaël Guichard
– « Ceux qui font la voix des oiseaux » : les dénominations de langues, par Michel Tardieu
– Jeux graphiques et phonétiques dans les noms barbares du papyurs magiques pLeyde I 383 + pBM 10 070, par Amaury Pétigny
– La magie égyptienne : de l’image à la ressemblance, par Yvan Koenig
– Numero e filosofia. Alcune note sul cosiddetto Ottavo libro di Mosè (PGM XIII), par Silvia Pieri
PARTIE III. Noms magiques des dieux
– Le nom physique du dieu, par Michela Zago
– Les noms magiques d’Aphrodite en déesse barbare (PGM IV 2912-2939), par Michel Tardieu
– La signification plotinienne du nom d’Apollon, par Luciana Gabriela Soares Santoprete
– Le « nom insigne » d’après Marc le mage, par Jean-Daniel Dubois
– Les noms barbares dans le traité gnostique Melchisédek (NH IX, 1), par Anna Van den Kerchove
– Le nom barbare Kaulakau selon l’hérésiologie chrétienne, par Lucia Saudelli
– Formations et origines des nomina barbara dans les objets magiques syriaques des ve-viie siècles, par Flavia Ruani

À propos de l’ouvrage The Platonic Heritage

Dans un précédent billet, Luciana Soares signalait la parution d’un recueil d’articles de John Dillon, The Platonic Heritage – Further Studies in the History of Platonism and Early Christianity. Parmi ces articles, l’un concerne plus particulièrement la thématique de ce carnet de recherche, « Monotheism in the Gnostic Tradition », précédemment publié dans Polymnia Athanassiadi and Michael Frede (ed.), Pagan Monotheism in Late Antiquity, Oxford, 1999, p. 69-79.

Dans cet article, l’auteur s’interroge sur le monothéisme des écrits gnostiques connus pour leur hiérarchie divine complexe, avec un plérôme constitué de nombreuses entités. Il montre, à partir de quelques exemples (Apocryphon de Jean, Allogenes), qu’il existe bien un monothéisme dans les écrits gnostiques. Ce monothéisme doit peu au christianisme, selon notre autre, et il serait même plus radical que le monothéisme juif ou chrétien, avec un Dieu transcendant et impersonnel.

Les dernières lignes sont intéressantes, même si elles concernent moins le thème même de l’article. Il s’interroge en effet sur la contribution éventuelle des gnostiques (et des Oracles chaldaïques) aux idées des platoniciens, voire de Plotin lui-même, pour ce qui concerne la présence d’une triade au niveau de la deuxième divinité ; sauf si Numénius avait déjà préparé un système de ce genre.

Il s’agit d’un article toujours intéressant. Mais il faudrait mettre de côté certaines affirmations qui témoignent que John Dillon ne doit pas beaucoup aimer les gnostiques. Ainsi, il semble considérer l’éventuelle contribution des gnostiques aux idées platoniciennes comme negative (p. 78) : « the alternative, I fear, is to admit that the Gnostics (and Chaldaeans) made this substantive contribution to the later Neoplatonic system, and even to that of Plotinus himself. » Plus haut (p. 74), il parlait des gnostiques : « as very much the magpies of the intellectual world of the second century, garnering features that take their fancy both from the Jewish and Christian scriptures, and from the metaphysics of contemporary Platonism. »

À propos d’un livre récent, Plato’s Parmenides and Its Heritage, vol. 1.

Nous voudrions signaler la parution en 2010 de l’ouvrage édité par John D. Turner et Kevin Corrigan, Plato’s Parmenides and Its Heritage, vol. 1 : History and Interpretation from the Old Academy to Later Platonism and Gnosticism, Leiden, 2011, ISBN : 978-90-04-16930-2.

Ce volume revient sur l’assertion de Proclus qui est généralement acceptée par la recherche et selon laquelle il n’y a pas d’interprétation métaphysique du Parménide avant Plotin. En effet, des traces d’une telle interprétation assez tôt dans le temps, comme le démontrent les différentes contributions. L’ouvrage est divisé en deux parties, la première « Plato, from the Old Academy to Middle Platonism » et la seconde « Middle Platonic and Gnostic Texts ». C’est cette seconde partie qui nous intéresse ici, particulièrement cinq articles qui évoquent les liens entre écrits gnostiques et le Parménide.

Trois d’entre eux discutent notamment les résultats des recherches de Michel Tardieu et Pierre Hadot sur le Zostrien et Marius Victorinus, témoignant de leur importance. Continuer la lecture de À propos d’un livre récent, Plato’s Parmenides and Its Heritage, vol. 1.

Annonce de parution : The Platonic Heritage – Further Studies in the History of Platonism and Early Christianity

John Dillon vient de publier The Platonic Heritage – Further Studies in the History of Platonism and Early Christianity, Ashgate Variorum (Variorum Collected Studies Series), 2012.

Cet ouvrage constitue un recueil des articles publiés entre 1996 et 2006. Cinq articles ont retenu notre attention plus particulièrement étant donné leur lien plus direct avec la thématique de notre cahier :  Plotinus, Speusippus and the Platonic Parmenides; The social role of the philosopher in Athens in the 2nd century CE: some remarks; Pedantry and pedestrianism? Some reflections on the middle Platonic commentary tradition; Monotheism in the Gnostic tradition; An unknown Platonist on God.

Voici la présentation générale de l’ouvrage, faite par l’éditeur : This third collection of articles by John Dillon covers the period 1996-2006, the decade since the appearance of The Great Tradition. Once again, the subjects covered range from Plato himself and the Old Academy, through Philo and Middle Platonism, to the Neoplatonists and beyond. Particular concerns evidenced in the papers are the continuities in the Platonic tradition, and the setting of philosophers in their social and cultural contexts, while at the same time teasing out the philosophical implications of particular texts. Such topics are addressed as atomism in the Old Academy, Philo’s concept of immateriality, Plutarch’s and Julian’s views on theology, and peculiar features of Iamblichus’ exegeses of Plato and Aristotle, but also the broader questions of the social position of the philosopher in second century A.D. society, and the nature of ancient biography.

Voici la table de matières, disponible dans le site de l’éditeur : Contents: The riddle of the Timaeus: is Plato sowing clues?; Plotinus, Speusippus and the Platonic Parmenides; The Timaeus in the old Academy; Philip of Opus and the theology of Plato’s Laws; Atomism in the old Academy; Theophrastus’ critique of the old Academy in the Metaphysics; The pleasures and perils of soul-gardening; Asômatos: nuances of incorporeality in Philo; Thrasyllus and the Logos; Plutarch’s debt to Xenocrates; Plutarch and the inseparable intellect; Plutarch and God: theodicy and cosmogony in the thought of Plutarch; Plutarch’s use of unidentified quotations; The social role of the philosopher in Athens in the 2nd century CE: some remarks; Pedantry and pedestrianism? Some reflections on the middle Platonic commentary tradition; Monotheism in the Gnostic tradition; An unknown Platonist on God; Holy and not so holy: on the interpretation of late antique biography; Plotinus on whether the stars are causes; Iamblichus’ Noera Theoria of Aristotle’s Categories; Iamblichus’ identifications of the subject-matters of the hypotheses; Iamblichus on the personal daemon; The theology of Julian’s Hymn to King Helios; A case-study in commentary: the neoplatonic exegesis of the Prooimia od Plato’s dialogues; Damascius on procession and return; ‘The eye of the soul’: the doctrine of the higher consciousness in the neoplatonic and sufic traditions; Indexes.